BIEN-ÊTRE INTEGRAL - La nature au service de
RSS Nous retrouver Devenir Fan

Fourni par FeedBurner


Articles récents

Prêt... partez
L'eau est votre meilleure amie
Prenez d’assaut le tapis de sport
Fibres... en consommez-vous assez
Réduisez vos portions

Articles les plus populaires

Pour lutter contre la sinusite
"Comment rester zen en toutes circonstances ? "
"Comment obtenir un ventre plat en 30 Jours Seulement?"
"Mincir avec plaisir"
Conseils pour rester jeune

Catégories

Alimentation
Arrêt tabac
Conseils
Développement personnel
EFT (Emotional Freedom Technique)
Evénements
Livres et CD
Méditation
Méthodes alternatives de guérison
poids
Santé
Soins naturels
Sommeil

Archives

juin 2017
mai 2017
mars 2017
février 2017
novembre 2016
avril 2016
mars 2016
février 2016
janvier 2016
décembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
août 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
février 2015
janvier 2015
décembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
août 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
février 2014
janvier 2014
décembre 2013
novembre 2013
septembre 2013
août 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
février 2013
janvier 2013
décembre 2012
novembre 2012

fourni par

Articles

La colère et sa physiologie


La colère et sa physiologie




Même si la colère est une émotion en réaction à quelque chose qui a stimulé ce sentiment en nous, c'est aussi une réaction physiologique. 

Il y a des phénomènes physiques qui se passent en nous quand nous sommes en colère. L'énervement provoque une augmentation de la pression sanguine, le poult accélère et des réactions biochimiques se passent dans le cerveau. 
Du cerveau, l'adrénaline et la noradrénaline sont sécrétées dans le sang en réaction à l'émotion de la colère.

Nous réagissons physiquement à la colère de la même façon avec laquelle nous aurions réagi à une menace. 
Notre corps réagit automatiquement par le combat ou la fuite. C'est la façon que notre corps a pour faire face à ce qui est perçu comme un danger ou une menace.

Nous décidons alors, en se basant sur la réaction physique de notre corps, de rester et combattre la source de la colère ou de battre en retraite et de fuir. 
Le corps utilise le combat ou la fuite pour se défendre.

La réaction de combat ou de fuite est encrée dans nos gènes et ce depuis l'époque de l'homme des cavernes. 

L'homme des cavernes réagissait face au danger de la même façon que l'homme moderne. C'est la même partie du cerveau qui fait face à la colère que celle qui réagit à la peur par le combat ou la fuite. Il s'agit de l'hypothalamus. 

Lorsque nous sommes en colère, l'hypothalamus stimule les cellules nerveuses pour nous préparer à nous défendre. Nous nous défendons en restant et en combattant ou en fuyant, ainsi cette réaction est appelée la réaction de combat ou de fuite.

La partie du cerveau qui traite directement avec nos émotions, appelée amygdale (ou complexe amygdalien), se met dans tous ses états lors de la colère. 
C'est pour ça que nous nous mettons tout de suite en mode de pilotage automatique quand on s'énerve. 

Suite à cette étape initiale, nous perdons tout contrôle sur la colère. 

Le temps que la colère prend pour arriver à l'amygdale est d'un quart de seconde. Cela élimine d'abord tout processus de pensée. 
En même temps, la quantité de sang augmente sur le lobe frontal. C'est cette partie du cerveau qui représente la raison. C'est le lobe frontal qui nous permet de cogner sur quelqu'un ou de contrôler l'envie de le faire. 

Ces deux régions du cerveau doivent s'équilibrer : la partie des reflexes et la partie de la logique. 

Une fois cet équilibre atteint, nous pouvons reprendre le contrôle de nous-mêmes après la première réaction de combat ou de fuite et ainsi réorienter nos émotions. 
La science a constaté que la réaction neurologique à un épisode de colère est d'une durée de 2 secondes à peu près. C'est pourquoi il est conseillé de compter jusqu'à dix lorsqu'on s'énerve pour laisser passer ces deux secondes de perte de contrôle. 
Une fois ces deux secondes passées, il redevient possible de contrôler ses émotions. 

Bien à vous, Marie-Claude

 ======================================================================
          
Si vous avez apprécié cet article, n'hésitez pas à laisser un commentaire (votre adresse Email restera confidentielle) et à le partager.  











0 commentaires pour La colère et sa physiologie:

Commentaires RSS

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment